#3 Et moi : Portrait à travers la couture!

Cet article fait partie de la série #Et moi. Je voulais me présenter de manière originale, alors j’ai commencé avec l’article « #Deco : Et Moi » pour vous introduire cette série de portraits ou plutôt de créatrices talentueuses et que je suis avec attention sur les réseaux. Deuxième créatrice, Winnie Lawson. Deuxième DIY, le porte monnaie wax/vintage.

WinnieLawson (ou WiwieWax), ma couturière wax/vintage
Portrait

A la fois fashionista et attirée par les accessoires vintages, cette jeune créatrice a de nombreux tours dans son sac, ce dernier accessoire quel chéri d’ailleurs beaucoup. Influencée par la mode wax et forte de ses expériences associatives, cette femme est tout sauf une fille banale.

Une femme forte, belle et impliquée = une fashionista au grand coeur

Interview

* Quel est ton Leitmotiv dans la vie pour avoir autant de passion et de motivation ?

 Alfred Musset a dit « Pour réussir, retenez bien ces trois maximes : voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »

De nature curieuse, observatrice et autodidacte, j’aime le monde qui m’entoure et c’est avec passion que j’entreprends chaque projet. Mon projet Wiwie est comme mon bébé que je vois grandir. Aujourd’hui, le projet Wiwie donne naissance à deux sous projets :

  • Wiwie Wax destine aux créations Wax
  • Wiwie Vintage destiné à la commercialisation des articles vintage chinés dans le but de sensibiliser à une « Attitude Mode Responsable »

Pochettes

Bandeaux

Mon père m’a toujours dit « si tu veux, tu peux »

C’est mon modèle, il n’a jamais baissé les bras devant les difficultés. Alors, je veux croire en son destin et à notre Dieu qui grâce à lui rien n’est impossible. Je prendrai le temps qu’il faudra, sans me précipiter pour atteindre mes objectifs.

En parallèle, je travaille sur un projet «  Pépite Espoir » dont le but est de permettre à tous les enfants d’avoir accès à l’éducation. Un projet axé sur l’attitude responsable. Nous récoltons  les fournitures scolaires, les cartables qui dorment dans les greniers, des vêtements pour distribuer  aux enfants des pays en sous-développement. Seule, je ne peux pas changer le monde, chacun peut à sa manière contribuer  au changement.

* D’où t’es venu l’envi de coudre ? De créer ta propre marque inspirée wax ?

Depuis toujours, j’entretiens une relation particulière avec le milieu de la  mode. À 19 ans, je me suis lancée sur les podiums de défilés de mode et de concours de beauté. Sept ans plus tard, je décide de lancer ma propre marque. Le  premier challenge fût de trouver une direction à ce projet. Quel type de création ? Quel tissu ?

C’est un retour aux sources après plus de 15 ans d’absence qui a été le déclic. Redécouvrir son pays natal (Le Togo), les couleurs, les motifs.

J’ai choisi « Wiwie », car je trouvais que c’était plus facile à retenir, plus doux, gaie. C’est le diminutif de mon troisième prénom « Winnie »

Albert Einstein a dit «  Je n’ai pas de talent particulier. Je suis seulement passionnément curieux »

* Et cette autre passion pour le vintage ? Avant ou après la couture?

Une passion avant la couture. Le vintage est une source riche et c’est une valeur sûre. Etant une adepte de  « l’attitude mode responsable », en achetant du vintage, on  préserve l’environnement et met en valeur des objets qui reviennent à la mode. [Meliveutmelifait : En effet, quand on étudie la mode, on remarque qu’elle fonctionne par cycle]. Un achat vintage répond à la règle des 4 R  telle que : Recycler, Réparer, Réduire et Réutiliser.

J’aime chiner dans les brocantes, les vide-greniers. Chiner est un moment unique, où l’on partage des histoires à travers les objets. En plus, dans la société actuelle le vintage fait son « coming out » dans la mode, la décoration etc…

  Coco Chanel a dit «  La mode se démode, le style jamais »

*  Quelle est ton anecdote de couture?

Ma première pochette, je m’en rappelle comme si c’était hier. Un samedi matin, je me suis décidée à réaliser une pochette. Je n’avais jamais touché une machine à coudre et d’autant plus que je n’en avais pas. Pas de patron à ma disposition, juste une aiguille, un fil, une paire de ciseaux et un vêtement en wax.

dav

J’ai découpé un de mes vêtements afin de récupérer une chute de tissu. C’était pas sans créer l’étonnement de mon conjoint.

Pour avoir mon patron, j’ai pris une feuille A4 que j’ai plié comme une enveloppe. Mais le plus dur était de coudre. J’ai enfilé le fil dans l’aiguille et j’ai suivi mon instinct. Pendant deux semaines, j’ai cousu cette pochette comme un enfant qui construit un château avec de Lego pour la première fois. Petit à petit elle prenait forme, j’ai réussi à faire une pochette avec mes petites mains et mon imagination.

Elle est devenue un cadeau pour ma belle-mère qui n’en revenait pas.

Puis, j’en ai réalisé une dizaine. Le Noel qui a suivi, ma belle-mère m’a offert une machine à coudre  en me disant «  tu es douée, je sais que tu pourras apprendre toute seule à t’en servir ». Depuis, à chaque Noel, elle m’offre une machine à coudre plus performante.

 Dans un projet, le soutient de la famille reste le plus beau cadeau et le plus important

Couture, Tissus et Moi

Comme vous le savez déjà depuis mes articles #Flashion #Test couture, je suis adepte et particulièrement attirée par cette discipline. Bien qu’elle demande précision et rigueur, l’idée d’avoir des pièces uniques, d’assembler toutes sortes de couleurs ou tissus, font tout son avantage. Cela m’empêche souvent de voir les efforts à fournir pour créer des pièces qui me ressemblent et qui me plaisent.  En effet, il parait tellement simple à certaines couturières qui pratiquent quasiment tous les jours de faire des pièces magnifiques. Tellement de personnes m’inspirent et me donnent envi et j’ai voulu vous en présenter une, qui créer des pièces qui m’ont toujours fait peur (disons que je n’ai jamais cousu de sac et accessoires divers).

Assez complices, elle m’a laissé l’occasion de lui présenter une pièce pour compléter sa collection wax/vintage. En effet, WiwieWax et moi, nous avons un amour particulier pour le tissu pagne, le « wax ». Les couleurs et les sentiments qui s’y attachent font de celui – ci,  un tissu particulièrement beau. Il existe des tonnes de variations et d’origines différentes. WiwieLawson se distingue dans sa nouvelle collection. Elle a décidé d’allier esprit vintage (son first leitmotiv) et wax attitude (sa passion réveillée).

Etant donné qu’elle créé des pochettes et que cela me fait toujours aussi peur, je me suis lancée plutôt dans un modèle simple et mignons : le porte monnaie. Mon défi relevé, nous vous offrons le tutorial de ce joli accessoire.

Porte Monnaie Wax/Vintage
Matériel
  • 2 carrés de 20*20 cm de tissus extérieur
  • 2 carrés de 20*20 cm de tissus de doublure
  • 2 carrés de 20*20 cm de mousse thermocollante
  • 1 fermoir rectangulaire de 8 à 10 cm ou rond
  • Le nécessaire de couture (machine et/ou manuel)
Etapes
  • Selon le type de fermoir que vous aurez choisi, imprimer le patron rectangle ou rond.
  • Commencer par découper le gabarit dans tous les carrés de tissus (0.5cm de marges couture sont intégrés).
  • Thermocoller le tissus choisi (extérieur) avec la mousse envers contre envers (AstuceMeli : les petites boules
    sur la mousse c’est la partie collante à mettre sur l’envers du tissus. Ne pas faire glisser le fer à repasser mais le positionner pendant quelque seconde sur une zone puis le soulever pour le positionner à un autre endroit)
  • Découper le surplus de mousse pour que le rendu soit le plus propre possible (Alternative : Découper directement les morceaux de mousses avec le patron. Généralement cela laisse des endroits nus mais cela n’est pas très gênant. J’ai testé les 2 façons et il n’y a aucun problème).
  • Superposer endroit contre endroit les 2 morceaux de tissus (extérieur) et coudre selon le modèle suivant :

  • Joindre les 2 extrémités (diagonale du carré découpé) des coins et coudre pour obtenir un petit panier comme ci-dessous.

  • Répéter ces 2 dernières opérations pour la doublure.
  • Retourner la doublure puis l’insérer dans le premier « panier ».
  • Coudre les parties en « V » pour assembler la doublure au porte monnaie (AlerteMeli : j’attire l’attention sur le fait qu’il ne faut pas coudre la partie haute pour le moment puisqu’elle permettra par la suite de retourner le porte monnaie sur l’endroit)
  • Sur la pointe du V, faire une entaille pour enlever le surplus de mousse/tissus sur cette zone, sans couper la couture. Cette opération est faite afin de pouvoir avoir un résultat plus net lors du retournement.

  • Retourner l’ensemble en passant l’un des côté  dans le « trou » de l’autre côté. L’ensemble doit passer par cette ouverture.

MeliOption : Une fois retourné, coudre en point zigzag sur une petite hauteur (0.5cm) la partie haute pour que la doublure soit assemblée complètement au porte monnaie.

  • Assembler à la main le fermoir et la poche :
    • Aligner la charnière avec le milieu du V.
    • Coudre à l’aide d’une aiguille classique, les côtés verticaux jusqu’au tournant de chaque côté du V. Faire ceci sur les deux « V » avant de finir par la partie horizontale. (AlerteMeli : Il est important de suivre cet ordre. En effet, il sera plus facile par la suite de répartir le tissus sur la partie haute plutôt que traiter cela sur les parties en « V ».)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *