#4 Et moi : Portrait à travers les aiguilles

Cet article fait partie de la série #Et moi. Je voulais me présenter de manière originale, alors j’ai commencé avec l’article « #Deco : Et Moi » pour vous introduire cette série de portraits ou plutôt de créatrices talentueuses et que je suis avec attention sur les réseaux. Troisième créatrice, BarbaraCraftandFabric. Troisième DIY, le sac rond en crochet.

BarbaracraftAndFabric
Portrait

Jeune femme passionnée de tissus et de laine, sa marque révèle tout son talent. Elle créé actuellement des sacs et des écharpes, tellement appréciés par toutes les personnes qui l’entourent qu’elle en a bavé durant les fêtes pour accomplir le rêve de toutes ses clientes.

Une Femme passionnée, créative et douce = une créatrice épanouie

Interview

*Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Autodidacte : je n’ai jamais eu l’occasion de prendre de cours de couture, tricot, crochet. Depuis l’enfance, je m’intéresse de près aux arts créatifs sans avoir eu de formation ou de proches pour m’apprendre.

Passionnée : Un peu à l’image d’une pie attirée par ce qui brille, je suis attirée comme un aimant par le handmade et la culture du DIY. Je me sens à l’aise et émerveillée lorsque je parcours les merceries, papeteries et sources internet fleurissantes.

Perfectionniste : Je ne supporte pas le moindre fil qui dépasse. Je peux passer plusieurs heures sur une pièce afin que les finitions soient parfaites.

*Depuis quand la marque Barbara Craft&Fabric existe-t-elle ?

Cela fait peu de temps que je parle de mes passions sur les réseaux : début Aout 2016 sur les réseaux. Certainement par pudeur et influencé, à tort, par les gens qui pensent que le tricot, c’est vieillot. Curieuse, j’ai remarqué des articles et des marques de type « wearekniters » . Finalement, « c’est plutôt tendance le tricot». Je me suis alors lancée. Barbara Craft&Fabric n’est pas une marque mais c’est Moi, l’univers de l’artisanat, ma passion du tissu … une évidence. Je fabrique principalement pour offrir ou pour mon entourage. Cela me permet d’apprendre et de me perfectionner un peu plus chaque jour.

La création n’est pas mon métier. Je travaille dans un centre de complémentaire santé. Pas top pour la créativité ! Malgré tout, mes collègues ne sont plus surpris de me voir coudre ou tricoter lors des pauses. Sur les réseaux, j’ai découvert une vraie communauté. Je prends vraiment plaisir à partager mes petites créations, à apprendre des autres, à découvrir de nouvelles techniques créatives. Une petite révolution pour moi! J’aspire à pouvoir un jour consacrer mes journées à la création pour continuer à faire plaisir et à me faire plaisir.

*As-tu des projets pour ta « marque » ?

Comme je l’ai dit, j’adore naviguer et partager sur les réseaux sociaux mais je ressens le besoin d’aller plus loin. L’idée du blog est la solution à ma frustration. Frustration de ne pas pouvoir détailler, expliquer, donner des conseils mais, aussi consciente que cela demande une connaissance informatique qu’il me manque, je garde l’idée avec l’espoir.

J’aimerais également à terme pouvoir présenter de petites collections de pièces uniques. Pouvoir un jour voir mes créations mises en valeur dans une jolie vitrine est un rêve.

Dans l’immédiat, je pense à mon image. J’aime poster de jolies photos même si pour le moment je ne suis pas équipée (ça viendra prochainement). J’ai la chance d’avoir un ami qui est passionné par la photo (@flvphoto) avec qui je prends plaisir à partager.

*Quels conseils as-tu à donner pour les lectrices ?

Être fière : Les arts créatifs sont à la fois un moyen de me relaxer et de me dépasser. Je pense qu’il faut se lancer et être fier de nos créations inspirées ou uniques.

Echanger : Les réseaux sociaux sont certes basés sur du virtuel mais je trouve que c’est une jolie manière de découvrir et de partager avec sa communauté. Avec le temps, j’ai fini par lier de vrais liens avec des personnes rencontrées sur Instagram, il ne faut pas hésiter à aller vers les autres. A demander des conseils et à en donner.

Apprendre : je suis la preuve qu’on peut développer une passion seule. Il existe aujourd’hui beaucoup de supports (livres, blogs, vidéos, ..) alimentés par des personnes passionnées pour aller toujours plus loin.

Choisir son style : Je pensais que les loisirs créatifs n’étaient pas aussi épanouissant que pratiquer un sport ou jouer d’un instrument. J’ai changé d’avis!

Mon truc à moi, c’est de créer et j’en suis fière.

Les pochettes ou trousses

Les sacs

*Quels souvenirs et ou habitudes aimerais-tu partager?

J’ai récemment retrouvé des robes que je cousais quand j’avais 10 ans et des écharpes en laine, un vrai trésor. Mon perfectionnisme n’était pas encore là mais j’avais déjà la passion des belles matières et des assemblages de couleurs.

Ma terrible habitude? Je n’arrive pas à me séparer de mes boites de perles, stocks de pelotes et autres tissus. Je remplis des bocaux et autres boites que je conserve  » au cas où « . Ca tombe bien, j’ai aussi une passion dévorante pour les boites, notamment en métal type atelier ou encore les bocaux en verre et autres bonbonnières.

Le tricot, le crochet et Moi

Mes débuts avec la laine? C’était il y a pas si longtemps avec We Are Knitter et le pull Nolita. Et depuis, j’enchaîne les projets (à mon rythme bien sûr, parce que le temps n’est pas à rallonge). Actuellement, je suis en train de tricoter un cardigan (Martina de WAK) mais j’ai déjà acheté un patron pour un joli top (Juliet Tee de WAK).

Le tricot est pour moi une occasion de libérer mon esprit pendant une soirée devant un film. Pour ce qui est du crochet, c’est une re-découverte pour moi.

Ètant petite, j’ai pratiqué le temps d’une saison estivale, le crochet. Je ne pouvais pas imaginer que je serais à nouveau sur ce sujet plusieurs années après. C’est vrai que j’avais beaucoup aimé, mais à l’époque je faisais plutôt des napperons (pas très intéressant pour une jeune fille). J’ai vite laissé tomber. Aujourd’hui, le crochet se réinvente dans toute sorte d’accessoires et d’objets et il est redevenu « tendance ». Barbara m’a donc ré-appris quelques bases de crochet à l’aide d’une sélection de tuto de qualité et je m’y suis remise. Ce qui est drôle avec le crochet c’est que c’est vraiment rapide quand on maitrise le point. J’ai vraiment apprécié ce retour qui me semblait au départ comme une montagne, mais qui a finalement été une balade agréable.

Pour ceux qui hésiteraient entre le tricot ou crochet, véritablement, c’est une question de goût, mais dans tous les cas je trouve très rapide et gratifiant le crochet vis-à-vis du tricot.

Pour cette fois, le défi a été de vous faire un DIY de la pièce principale de la nouvelle collection de Barbara. Et pour vous donner le goût, on vous a prévu un concours sur nos réseaux Instagram et Facebook. Alors, je vous invite à cliquer sur mes réseaux à la fin de l’article pour tenter de gagner un porte monnaie en crochet.

Sac Besace Crochet
Matériel
  • Crochet 10 pour une bobine fine (ou 12 pour une bobine épaisse)
  • Bobine de fil de coton (type Trapilho) [MeliConseil : il existe différente sorte de bobine, de prix et de qualité complètement disparate (je peux vous assurer que j’ai travaillé une bobine difficile). Il est important soit d’acheter d’une marque connue pour sa qualité (exemple We are Knitter), soit de vérifier les avis des vendeurs pour s’assurer que les clients sont satisfaits]
  • Fermeture éclair de 25 cm
  • Pour la doublure, 2 options :
    • 2 carrés de tissus de 27 cm et un morceau de 55 cm de ruban et de thermocollant
    • 4 carrés de tissus de 27 cm
  • Une chaîne de minimum 1,50m pour un sac besace, 60 cm pour un sac à main (épaule)
  • Nécessaire de couture (machine ou main)
Etapes

Il ne s’agit pas de réinventer la poudre. Toutefois, pour mes débuts j’ai suivi un tutorial en image qui est super détaillé en image et en étape (lien). Il existe aussi de nombreuses vidéos sur YouTube ou sur les sites spécialisés comme WeAreKnitter.com.

Pour créer les parties en crochet,

En résumé,

  • Commencer par un cercle Magique (vidéo ou en image sur le tuto) de 8 mailles
  • Ensuite, suivre le tutorial détaillé uniquement pour la partie plate. En effet, il s’agit d’un tutorial pour un panier (ce n’est pas l’objet de notre DIY). Pour cela, il faudra ajouter des cercles petit à petit en suivant le schéma suivant :

A la fin laisser environ 70 cm de fil pour l’assemblage. Couper le surplus de fil.

MeliConseil : En tant que débutante, je peux vous dire que j’ai fait plusieurs tests avant de trouver la bonne technique et les réglages « (presque) parfaits ». Je ne peux donc pas vous laisser tester à l’infini. Pour vous éviter plusieurs tests, je vous livre mes petites conclusions :

  • Utiliser du fil de qualité pour avoir un rendu régulier et propre.
  • Prendre un crochet adapté à l’épaisseur de bobine (si le vendeur le préciser, prendre la taille indiquée, sinon attendre de voir la bobine pour choisir en magasin. Èventuellement faites-vous conseiller!)
  • Ne pas trop serrer sinon vous aurez du mal à travailler la matière, mais rester en mode tendu pour ne pas avoir de trou entre les mailles.
  • Essayer de contrôler votre travail au fur et à mesure en le posant sur une surface plane. Il ne faut pas que votre rond gondole, ni qu’il forme un volume.
  • Garder un repère visuel pour ne pas crocheter trop loin (risque de surplus de matière et donc que cela gondole ou que le motif face un escargot et non un rond)
  • Rester concentrer lorsque vous commencez un cycle binaire (112, 1112, 11112, ….) afin de ne pas créer un cycle bancal.

 

  • Assembler les 2 ronds crochetés en utilisant une aiguille à tricot et les fils laissés en attente. Suivre le schéma ci dessous :

  • Laisser une ouverture de 23 cm environ.

Pour finaliser et bloquer la couture, enfiler l’aiguille sur plusieurs boucles puis couper à raz.

Pour créer la doublure,
  • Couper dans un morceau de carton ou sur une feuille un cercle de 27 cm de diamètre, dont 0.5cm de marge de couture.
  • Utiliser le patron ainsi prêt pour obtenir  le nombre de ronds nécessaires dans le tissus de doublure (2 ou 4 selon l’option).

Option 1 : Doublure simple et thermocollant

  1. Envers du tissu contre endroit de la fermeture, coudre 1 rond avec 1 bord des deux bords de fermeture.
  2. Faire de même pour l’autre côté.
  3. Assembler les 2 ronds en créant une couture en V au niveau des extrémités de la fermeture éclair.
  4. Assembler la doublure à la besace à l’aide d’une aiguille courbe ou aiguille simple, selon ce que vous avez.

5. Couper votre ruban en 2 et thermocoller celui ci sur l’intérieur du sac (sur les coutures), afin de créer des finitions « propres », sans aucune couture apparente.

Option 2 : Doublure « double »

  1. Coincer la fermeture éclair entre deux ronds de tissu endroit contre endroit puis coudre.

2. Faire de même pour l’autre côté.

3. Assembler les 4 ronds en créant une couture en V au niveau des extrémités de la fermeture éclair.

4. Assembler la doublure à la besace à l’aide d’une aiguille courbe ou aiguille simple, selon ce que vous avez.

 

  • Ajouter les anneaux. Pour cela, il existe plusieurs possibilités selon l’élasticité de votre bobine :

cas 1 : Ma bobine est assez élastique, je ne peux pas l’utiliser comme système d’accroche car cela finirait par se déformer avec le poids. J’utilise donc du ruban solide en coton, de la couleur de ma fermeture éclair ou de mon sac.  Couper alors environ 4 cm de ruban * 2. Enfiler l’anneau et pincer le ruban. Le coudre dans l’épaisseur du sac.

cas 2 : Ma bobine n’est pas élastique, je peux utiliser 10 cm * 2 de fil pour créer une accroche sur mon sac. Couper ces morceaux dans la bobine. Enfiler l’anneau et enrouler plusieurs fois le fil pour recouvrir la base. Coudre les extrémités dans l’épaisseur du sac.

  • Ajouter la chaîne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *